image

image

Traduire

14 avril 2017

Mise en train


Le we dernier, j'ai participé à un stage de croquis forestier encadré par Laurent Willeneger, un aquarelliste naturaliste Suisse, dans la Réserve Naturelle Nationale de Chalmessin, dans le sud haut-marnais. Pour en savoir davantage sur cet endroit paradisiaque, c'est ici   > reserve-chalmessin.org

Le premier exercice a consisté à tracer un cadre et d'y placer avec exactitude un élément forestier au préalable repéré à travers une fenêtre découpée dans un carton. C'était une sorte de mise en train pour assouplir les doigts, la main, le bras et réhabituer l'oeil à regarder "autrement" un sujet à dessiner puis à peindre.

Une extrémité d'arbre mort avec son écorce moussue en lambeaux a fait l'affaire. J'avais utilisé sans le faire exprès un papier un peu pelucheux qui convenait bien à ce type de croquis.

12 commentaires:

  1. Un sujet des plus artistiques , j'admire toujours la superbe harmonie des couleurs des branches moussues et vieillottes , et quand trois fleurs d'arbre de judée viennent y faire leur nid c'est une splendeur.
    Ton aquarelle est magnifique , une belle étude ! C'est vrai qu'il faut souvent laisser notre regard vagabonder sans à priori pour capter l'essence réelle de la nature.
    Merci pour le lien.
    Beau week end pascal , belle journée Marcel

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout peut être représenté. Inutile de parcourir des kilomètres à la recherche "du sujet". Ce cap passé, il reste l'embarras du choix pour trouver "le sujet".

      Supprimer
  2. Bien vu, bien fait. Artistiquement et Techniquement. Admiration.

    RépondreSupprimer
  3. J'aime beaucoup, même j'adore. Tu as bien fait ressortir les lambeaux de mousse, l'écorce à vif. Bravo.
    Sur mon blog j'ai présenté un tableau de Van Gogh et tu as mis un commentaire qui m'a plu car nous sommes en phase tous les deux. Ce Camaïeux d'orange, de brun, cette lumière m'ont attirée. Et comme toi je me dis que c'est sûrement au début de sa période calme. Il en a fait d'autres un peu dans ce style mais c'est celui-ci que je préfère.
    Je te souhaite un bon WE de Pâques.

    RépondreSupprimer
  4. Sûrement plus difficile à reproduire qu'il n'y parait!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Avec un peu de patience et d'observation...

      Supprimer
  5. Moi je te la couperai en deux pour que tu puisses les dessiner les veines.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'était situé à 3 mètres de hauteur.

      Supprimer
  6. on voit bien quasi à les toucher les différentes textures.Vraiment réussi!MAIS j'ai souri en lisant une 1° fois comment tu avais procédé, car c'est avec des fenêtres différentes que j'avais organisé une année une des séances sur le thème d e l'arbre(j'observe/je dessine) avec mes petits élèves de 3 ans 1/2 à 5 ans....bon, une fois à la retraite, j'ai flanqué en l'air tout mon matériel pédagogique, et les photos afférentes,sinon je t'aurais envoyé les productions en pièces jointes ...perso jamais utilisé cette méthode ,pourtant j'en aurais besoin, ou d'oeillères comme les chevaux, parce que j'ai du mal à focaliser mon regard sur un seul objet....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je me suis fabriqué, cela fait des années, une fenêtre en carton à géométrie variable que j'utilise régulièrement afin d'isoler ce qui me convient dans un paysage. Il suffit de reporter cette fenêtre sur le papier aquarelle et d'y dessiner ce qu'on voit à travers la première.

      Supprimer

Merci de votre visite.